La fête des Pères avec David Sykes

Published:15/06/2020


Connaissance de l’investisseur  +clock10 Minutes = Investir en toute confiance


Les pères sont importants. Ils nous soutiennent. Ils nous guident. Ils réparent ce qui doit être réparé. Ou ils essaient. Ce dimanche, nos pères vont peut-être allumer le barbecue. Ou mettre un repas au micro-ondes. Ils nous emmèneront peut-être au parc. Ou nous demanderont d’aider à nettoyer la cour. Ils sont peut-être en train de corriger nos travaux scolaires. Ou de prendre de l’avance sur nos leçons. Peu importe ce qu’ils font, nous leur rendons hommage. Et nous les remercions.

À l’approche de la fête des Pères, nous avons interviewé David Sykes, directeur général et chef, Actions cotées, Gestion de Placements TD (GPTD), sur des questions financières et familiales, et sur la manière de survivre à une pandémie.

Pour commencer, nous espérons que vous êtes en sécurité et en santé! Comment va votre famille? À quoi ressemble votre expérience de quarantaine?

Ça fait maintenant dix ou onze semaines que je suis à l’extérieur du bureau, alors ça a été difficile. Sur le plan personnel, j’ai deux garçons (huit et dix ans) qui font leurs travaux scolaires en ligne. Sur le plan professionnel, les marchés ont été incroyablement volatils, à la hausse comme à la baisse. Je coordonne mon travail de ma chambre tout en surveillant les enfants. Parfois, les questions de maths entrent en conflit avec des réunions, mais c’est la vie. 
 
Moi, j’ai une petite famille. D’autres membres de l’équipe vivent seuls dans un condo. Certains s’occupent de trois ou quatre enfants. Certains sont mariés à des travailleurs de première ligne. Chacun a ses difficultés. Il y a de bonnes et de mauvaises journées, mais on passe tous à travers.
 
Cette quarantaine nous montre à quel point nous sommes débrouillards. Même à distance, mon équipe effectue des recherches, des opérations, et s’affaire à la refonte et à la constitution de portefeuilles. Cette expérience a prouvé que nous pouvons travailler dans un nouvel environnement tout en étant assez productifs.

En septembre dernier, nous vous avons parlé d’occasions de marché potentielles. Votre philosophie de placement et votre engagement auprès des équipes de placement ont-ils changé dans ce nouveau contexte?

Je suis absolument convaincu, sans l’ombre d’un doute, que ma philosophie de placement n’a pas changé. Elle demeure très, très ferme. Les moyens d’engagement ont changé. On fait plus d’appels téléphoniques, de vidéoconférences et de réunions virtuelles avec les collègues. Nous communiquons aussi avec les équipes de direction des sociétés que nous détenons et des sociétés qui nous intéressent. 
 
Le plus grand changement concerne les clients. Ils sont habitués aux interactions en personne et aux salles de conférence. Nous sommes maintenant virtuels. Et ça marche. On est encore en train d’établir un lien avec eux et de les aider à comprendre les conséquences de tout ça. La technologie nous a sauvés. Nos ressources sont faciles à utiliser et très sécuritaires. Nous arrivons à faire plus que quiconque.  

Pendant que les pays commencent à sortir du confinement, quels types de sociétés sont bien placés pour réussir? Selon vous, quelles sont les meilleures occasions de placement en actions sur le marché actuel et à long terme?

Certains pensent que le monde a changé à jamais. C’est vrai à certains égards. Par contre, il y a des raisons d’être optimiste. Du point de vue d’un horizon de placement de deux, trois ou cinq ans, notre processus n’a pas changé. Nous continuons de privilégier les sociétés qui présentent un avantage concurrentiel important et des flux de rentrées solides et constants. Des sociétés qui offrent une croissance, de bons bilans et des flux de trésorerie positifs aux actionnaires. 
 
Une variable est le choix du moment. La lenteur ou la rapidité avec laquelle nous sortons du confinement. Il pourrait y avoir d’excellentes occasions aujourd’hui dans les secteurs cycliques à forte baisse, comme les services financiers et les produits industriels. Si le confinement dure plus longtemps, ou si nous avons une deuxième vague de ce virus, nous trouverons d’autres occasions. 
 
En ce moment, il semble que la confiance s’améliore. Nous observons un léger et lent retour à la normale. Je crois qu’un jour, on va retourner au bureau. Nous irons dans les restaurants, prendrons l’avion et assisterons à des événements sportifs. Il faudra peut-être plus de temps que prévu. Nous aurons peut-être besoin d’une percée médicale pour rétablir cette confiance.
 
Nous avons tous des habitudes sociales bien ancrées. Nous voulons communiquer. Je m’ennuie de rencontrer des collègues au pub après le travail et de parler de nouvelles idées. On reviendra à ce point-là. Entre-temps, nous allons travailler avec cette situation. Nous devrons peut-être travailler à distance plus souvent. Nous devrons peut-être suivre différents protocoles quand nous voyagerons. Nous devrons peut-être nous tenir un peu plus loin les uns des autres. Nous allons nous adapter.

Certains investisseurs lisent peut-être les manchettes et s’inquiètent de leur avenir. Comment faites-vous la distinction entre les nouvelles et l’information inutile?

Lire les manchettes peut faire peur. Je me pose toujours une question : qu’est-ce que j’essaie d’accomplir avec mes placements? Je n’essaie pas d’obtenir des rendements démesurés pour demain ou la semaine prochaine. J’essaie de soutenir les entreprises dans lesquelles j’ai investi, celles qui ont un avantage concurrentiel et un modèle d’affaires durable. Je veux être propriétaire de ces entreprises et de leurs capitaux à long terme. 
 
Le cours des actions chutera peut-être, mais nos modèles d’affaires sont solides. Je comprends l’inquiétude. Nous faisons face à beaucoup d’incertitude. En fin de compte, je veux posséder des entreprises de grande qualité qui vont croître et prendre de la valeur. Ça me permet de garder les pieds sur terre.
 
Si vous vous sentez dépassé, essayez de passer près du stationnement d’une quincaillerie. Ou jetez un œil au service au volant d’un restaurant rapide. Ou encore, vérifiez les délais de livraison de votre détaillant préféré. Je veux être propriétaire d’entreprises résilientes. Je ne veux pas les vendre. En période difficile, détenir des actions d’entreprise est la chose à faire.
 
Le soleil se lèvera demain. Je ne sais pas si demain sera dans 6, 12 ou 18 mois, ou même dans deux, trois ou quatre ans. Je sais simplement qu’il viendra. D’ici là, allez dehors, gardez vos distances et restez positifs.

Avez-vous des conseils de parent pour aider d’autres hommes qui s’occupent de leur famille? Comment allez-vous souligner la fête des Pères cette année?

Il y a trois conseils que je donnerais aux parents en temps de pandémie : patience, patience et patience. Je leur conseillerais aussi de profiter de la situation et de passer le plus de temps possible avec les enfants.
 
La plupart du temps, je fais du jogging très tôt le matin. Le reste du temps, je me concentre sur le travail. En cette fête des Pères, j’aimerais bien dormir jusqu’à 7 h, prendre un café et lire un journal. J’ai l’impression que mes enfants vont m’interrompre. Ils vont probablement me supplier de les suivre dans la cour et de leur lancer un ballon. Quand j’y pense, je préfère ça.
 
Joyeuse fête des Pères de la part de toute l’équipe de GPTD!
 


 
Les renseignements aux présentes ont été fournis par Gestion de Placements TD Inc. aux fins d’information seulement. Ils proviennent de sources jugées fiables. Ces renseignements n’ont pas pour but de fournir des conseils financiers, juridiques, fiscaux ou de placement. Les stratégies fiscales, de placement ou de négociation devraient être étudiées en fonction des objectifs et de la tolérance au risque de chacun

Le présent document peut contenir des déclarations prospectives qui sont de nature prévisionnelle et pouvant comprendre des termes comme « prévoir », « s’attendre à », « compter », « croire », « estimer » ainsi que les formes négatives de ces termes. Les déclarations prospectives sont fondées sur des prévisions et des projections à propos de facteurs généraux futurs concernant l’économie, la politique et les marchés, comme les taux d’intérêt, les taux de change, les marchés boursiers et financiers, et le contexte économique général; on suppose que les lois et règlements applicables en matière de fiscalité ou autres ne feront l’objet d’aucune modification et qu’aucune catastrophe ne surviendra. Les prévisions et les projections à l’égard d’événements futurs sont, de par leur nature, assujetties à des risques et à des incertitudes que nul ne peut prévoir. Les prévisions et les projections pourraient s’avérer inexactes dans l’avenir. Les déclarations prospectives ne garantissent pas les résultats futurs. Les événements réels peuvent différer grandement de ceux qui sont exprimés ou sous-entendus dans les déclarations prospectives. Un certain nombre de facteurs importants, y compris ceux énumérés plus haut, peuvent contribuer à de tels écarts. Vous ne devriez pas vous fier aux déclarations prospectives. 

Gestion de Placements TD Inc. est une filiale en propriété exclusive de La Banque Toronto-Dominion. Toutes les marques de commerce appartiennent à leurs propriétaires respectifs. MD Le logo TD et les autres marques de commerce sont la propriété de La Banque Toronto-Dominion ou de ses filiales
 

TDAM Aperçu de Connections:

Autres ressources intéressantes :

podcast
Écoutez maintenant

Écoutez maintenant

Balado TDAM Talks

podcast
Nouveautés

Nouveautés

Centre de ressource sur les FNB

podcast
Restez au fait

Restez au fait

Rapport sur le marché

retour au sommet Haut