Information sur l'entrepriseLeadership éclairé › Leadership éclairé

Leadership éclairé

2009


"Le rendement de l'apprentissage des jeunes enfants en fait un projet rentable et sensé"

Cet article a été publié dans The Globe and Mail on 24 juin 2009.
Écrit par Don Drummond.
Co-écrit par Veronica Lacey, Président et chef de la direction, The Learning Partnership

FacebookTwitterGoogle+

Depuis sa publication, le rapport de Charles Pascal, intitulé With Our Best Future In Mind, a soulevé bien des controverses. D'un côté, les partisans accueillent avec enthousiasme le plan qui vise à élaborer un cadre de développement intégré pour l'apprentissage des jeunes enfants et de l'autre, les opposants prétendent qu'un tel plan serait trop coûteux et interventionniste.

À première vue, le rapport semble mettre l'accent principalement sur le rôle du gouvernement dans l'établissement de la maternelle à temps plein et dans l'élaboration d'un système de services et d'apprentissage pour jeunes enfants en Ontario. Cependant, il contient selon nous des idées sensées en ce qui concerne les besoins des enfants et les mécanismes publics destinés à appuyer l'apprentissage des jeunes enfants, mais il souligne aussi le rôle central de la famille à la base de l'apprentissage. L'apprentissage des jeunes enfants n'est pas le seul choix qui s'impose; il est possible de choisir de ne pas y avoir recours. Ces deux options sont nécessaires. Le rapport le reconnaît, et il est temps que le reste d'entre nous le reconnaisse également.

Les recommandations du rapport demanderaient une augmentation des dépenses. Dans le contexte économique actuel, l'argent se raréfie. Toutefois, les dépenses publiques doivent refléter les priorités de la société. Les investissements doivent être effectués en conséquence. Dans une époque où le savoir est primordial, nous devrions augmenter la part des dépenses totales en éducation. Nous connaissons et apprécions déjà la valeur de l'investissement en éducation, non seulement sur le plan individuel mais également sur le plan collectif : car il entraîne en général une augmentation des revenus et une réduction des paiements de soutien gouvernementaux dans de nombreux domaines au fil des années.

Bien qu'un apprentissage de qualité puisse et, par conséquent, doive être en cours à tout âge, les recherches montrent, comme l'indique l'expérience en tant que parents également, que les premières années de vie en constituent la fondation. Voilà pourquoi, l'investissement dans l'apprentissage des jeunes enfants devrait être notre priorité en matière d'éducation.

L'économiste James Heckman a partagé le prix Nobel d'économie en 2000 pour sa démonstration du cycle de vie en tant que processus dynamique, chacune des étapes servant de fondation à la suivante. Ses travaux font voir que les dépenses publiques en matière de petite enfance permettent d'obtenir des résultats bien supérieurs à ceux des interventions effectuées à n'importe quel autre âge. Il a établi le rendement du capital investi dans les programmes pour la petite enfance à 8:1, alors que le rendement du capital investi est de 3:1 pour l'éducation primaire et secondaire et de 1:1 pour l'éducation aux adultes. En outre, il reconnaît que les avantages de tels programmes sont plus nombreux pour les enfants défavorisés. Les économistes Gordon Cleveland et Michael Krashinsky de l'Université de Toronto appuient son point de vue, ayant établi un rendement du capital investi de 2:1 pour un programme de petite enfance universel.

RÔLE DES PARENTS

Clairement, lésiner sur l'éducation des jeunes enfants serait une décision peu prévoyante car les investissements dans l'apprentissage des jeunes enfants permettent d'atteindre les taux de rendement les plus élevés. Est-ce qu'un système d'apprentissage pour les jeunes enfants est une solution rapide à un problème complexe? Bien sûr que non. Les critiques du rapport de Pascal n'ont pas tenu compte de l'importance accordée au milieu de vie et de la participation nécessaire des parents. Le rapport formule des recommandations précises sur la prolongation de la durée du congé parental et sur la mise en place de programmes et ressources destinés aux familles et aux parents. Il s'agit du type de participation des parents que reconnaissent favorablement le Partenariat en éducation et La Banque TD, qui parrainent Bienvenue à la maternelle, un excellent programme d'alphabétisation et d'apprentissage des jeunes enfants qui aide 40 000 enfants d'âge préscolaire et leurs familles, en Ontario, à se préparer pour l'apprentissage formel. Ce programme renforce la capacité des parents ou des tuteurs à devenir les premiers enseignants de l'enfant et facilite la transition vers l'école en créant des relations solides entre les parents, les écoles et les partenaires dans la communauté. Bienvenue à la maternelle reconnaît le rendement considérable de l'apprentissage des jeunes enfants, et il s'agit d'un investissement majeur dans l'éducation des jeunes enfants et de leur famille. Ce programme est un modèle de réussite. Bien que la province ait suggéré que le plan d'apprentissage des jeunes enfants soit mis en œuvre d'abord dans des communautés à risque ciblées, il est important de ne pas perdre de vue la valeur d'une approche universelle de l'apprentissage des jeunes enfants. Les études montrent que les programmes qui se limitent à un groupe ou à un quartier en particulier ne rejoignent pas la majorité des enfants qui ont besoin d'aide. L'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes (ELNEJ) et l'Instrument de mesure du développement de la petite enfance (IMDPE) nous ont appris que même s'il est plus probable que les enfants qui présentent des difficultés de développement viennent de familles monoparentales à faible revenu, plus de 70 % des enfants à risque sont issus de familles biparentales et ne vivent pas dans la pauvreté. Il est temps d'arrêter le débat et d'agir dès maintenant.

Nous devons investir, une fois pour toutes, en faveur des jeunes enfants et de leur famille selon une méthode coordonnée et intégrée. Pour que l'Ontario obtienne un rendement élevé de ses investissements en éducation, pour favoriser notre réussite sur le plan économique et pour créer un tissu social solide, des efforts colossaux doivent être faits en appui à l'apprentissage des jeunes enfants. En raison de l'augmentation actuelle des déficits, il y a évidement des inquiétudes entourant la disponibilité des fonds pour réaliser le projet. Cependant, étant donné les taux de rendement que procurent l'investissement dans l'éducation de la petite enfance, la question pertinente à poser est plutôt : pouvons-nous nous permettre de ne pas faire un tel investissement?

 

Image de la haute direction Don Drummond
Don Drummond
ancien premier vice-président et économiste en chef

Demander des renseignements additionnels

Relations avec les médias

Si vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur les communiqués ou les porte-parole à la TD, veuillez visiter notre Salle de presse et nous serons heureux de vous aider davantage.

Porte-parole en vedette

Pour demander une entrevue avec un porte-parole de la TD (par secteur de responsabilité), veuillez visiter notre section Porte-parole en vedette.

Récents communiqués

Pour en apprendre davantage sur la haute direction de la TD, notre recherche, ou pour connaître les dernières nouvelles de la TD, visitez notre Salle de presse.