Investir dans un marché haussier


S’il y a un adage que tout le monde devrait garder à l’esprit dans le monde de l’investissement, c’est bien que « ce qui descend a tendance à remonter » (et vice versa). Bien que l’on ne puisse jamais vraiment savoir ce qui va arriver sur les marchés boursiers, si l’on se fie à l’histoire, les grandes baisses sont généralement suivies de hausses importantes et soutenues, ce que l’on appelle également des marchés haussiers. 

Qu’est-ce qu’un marché haussier?

L’expression « marché haussier » s’utilise surtout lorsque les cours boursiers augmentent de 20 % ou plus par rapport à leur niveau le plus bas précédent, mais elle peut aussi désigner une seule catégorie d’actifs (p. ex. les obligations ou l’immobilier) qui a connu une forte hausse des prix. Les marchés haussiers durent souvent plusieurs années et s’intercalent entre la fin d’une récession et le début de la suivante. Au cours d’un marché haussier, les indices boursiers peuvent doubler, voire tripler de valeur, car les bénéfices des sociétés augmentent et le regain de confiance entraîne une hausse des ratios d’évaluation, à savoir le rapport entre le cours des actions et les bénéfices ou la valeur comptable. 

Pourquoi appelle-t-on cela un marché haussier? L’origine de ces termes n’est pas claire, mais dans le jargon financier, on appelle les investisseurs optimistes « haussiers » et les investisseurs pessimistes « baissiers ». En fait, au cours d’un cycle de marché ou d’un cycle économique, les émotions des investisseurs peuvent changer, passant d’un état d’esprit « haussier » à « baissier » et inversement. Certains pensent que le symbolisme est lié à la façon dont les cornes des taureaux (« bull » en anglais, correspondant à haussier) pointent vers le haut et les griffes des ours (« bear » en anglais, correspondant à baissier) vers le bas. Quoi qu’il en soit, les marchés haussiers se caractérisent par un optimisme généralisé et une hausse du cours des actions, tandis que les marchés baissiers se caractérisent par le pessimisme et la baisse du cours des actions. 

Que se passe-t-il dans un marché haussier?

Comme les marchés haussiers ont tendance à succéder aux marchés baissiers, les cours des actions sont généralement en perte de vitesse au début d’un marché haussier. La pénurie de capitaux d’investissement crée une abondance d’occasions de placement potentiellement rentables pour les sociétés ouvertes, ce qui augmente les chances que leurs investissements soient rentables. Les cours des actions tendent à augmenter lorsque l’amélioration des conditions économiques, telles que l’augmentation des dépenses de consommation, entraîne une hausse des bénéfices des sociétés. De plus, le taux de chômage diminue progressivement et les taux d’utilisation des diverses industries se rapprochent de leur capacité, ce qui augmente les rendements des capitaux investis. 

La tendance haussière se poursuivra tant que ces paramètres fondamentaux soutiendront la croissance des revenus et des bénéfices et que les ratios d’évaluation resteront élevés. Parfois, la hausse se poursuit même si les paramètres fondamentaux commencent à faiblir. Cela se produit lorsque les investisseurs achètent pour d’autres raisons, comme la peur de rater une occasion, lorsqu’ils voient d’autres investisseurs afficher des rendements impressionnants.

Des bulles spéculatives peuvent se former si un marché haussier dure trop longtemps et que les cours des actions augmentent au-delà de ce que les paramètres fondamentaux sous-tendent. Lorsque les bulles spéculatives éclatent, ce qui arrive souvent, les investisseurs peuvent perdre des sommes d’argent diverses. Cela s’est produit pendant la bulle technologique à la fin des années 1990. Entre 1995 et 2000, les investisseurs se sont emballés pour les actions technologiques, faisant grimper l’indice NASDAQ de 400 %. En 2000, la bulle a éclaté, ce qui a entraîné une chute du NASDAQ de près de 80 % au cours des deux années suivantes.  

Dans ce cas, et dans toutes les autres transitions entre marchés haussiers et baissiers, l’écart entre les performances réelles des sociétés et la confiance du marché devient si important que le capital est mal réparti vers des placements potentiellement déficitaires. C’est à ce moment-là que les conditions sont réunies pour une correction ou un marché baissier. Cette évolution est également souvent déclenchée par d’autres facteurs tels que l’inflation galopante ou la hausse des taux d’intérêt. Si la confiance s’effondre au point de faire chuter un indice boursier de plus de 20 %, le marché haussier prend fin.

La plus longue période haussière de l’histoire des marchés boursiers s’est déroulée entre mars 2009 et janvier 2020, prenant fin avec l’arrivée de la pandémie de COVID-19. Au cours de cette période, le S&P 500 a grimpé de 378 %, tandis que l’indice composé S&P/TSX a augmenté de 125 %. Plus souvent, les marchés haussiers durent le temps d’un cycle économique général, soit généralement sept ou huit ans. 

Quels sont les pièges et autres risques liés au marché haussier?

Ce n’est pas parce que les indices boursiers augmentent pendant un marché haussier que tout le monde s’enrichit. Les marchés en hausse peuvent encore être volatils et connaître des corrections de 10 % à 20 %, après quoi il peut falloir au marché un an ou plus pour retrouver ses sommets précédents. C’est ce qui s’est produit en 2011 et 2018, pendant la décennie haussière des marchés américains. 

Les actions individuelles et même des secteurs entiers peuvent également voir leurs ventes, leurs bénéfices et leurs positions concurrentielles diminuer pendant un marché haussier. Parfois, et notamment plus récemment dans le cas des actions technologiques populaires, la grande majorité des gains en capital d’un marché peut provenir de quelques actions seulement. Bon nombre d’autres actions ne fluctuent pratiquement pas. Il faut des compétences et de l’expérience au fil du temps en tant qu’investisseur pour vous assurer que votre portefeuille contient plus de titres gagnants que de perdants. 

Les marchés haussiers peuvent également conduire à un phénomène décrit par les analystes techniques comme un « piège à la hausse ». C’est le cas lorsque les investisseurs achètent dans l’espoir d’une croissance continue pour constater ensuite que le marché, le secteur ou le titre perd de la valeur. Ce piège se produit lorsqu’une hausse très rapide du cours d’une action est suivie d’une forte consolidation des prix, généralement après que l’action se soit négociée dans une fourchette étroite.

On parle de piège parce que ceux qui ont récemment acheté des actions ont tendance à les conserver alors qu’elles sont en baisse et bon nombre de ces investisseurs renforcent souvent leur position pendant le déclin. Ils finissent par vendre après une baisse importante du cours, généralement à perte. Si vous épargnez en vue d’objectifs de retraite à long terme, les pièges à la hausse ne vous dérangent peut-être pas trop. Pourquoi? Parce que votre horizon d’investissement peut être suffisamment long pour que vous ne jouiez pas avec les hauts et les bas du marché. De nombreux investisseurs à long terme peuvent plutôt conserver leurs placements jusqu’à ce qu’ils aient besoin de l’argent plus tard dans leur vie. 

 

Facteurs à prendre en compte pour investir dans un marché haussier

En contexte de marché haussier, de nombreux investisseurs peuvent avoir recours à un fonds indiciel à frais modiques qui suit l’ensemble d’un marché, comme le S&P 500 aux États-Unis ou l’indice composé S&P/TSX au Canada, dans l’espoir de capter tous les gains du marché. Les investisseurs et les gestionnaires de fonds avisés cherchent à battre la moyenne du marché en choisissant des actions qui progressent plus que les autres, bien que cela soit difficile. Lorsque la marée montante soulève tous les bateaux, les actions qui réalisent les plus gros pourcentages de gains peuvent également inclure des sociétés de moindre qualité, à peine rentables au départ et présentant un niveau de risque plus élevé. Ces actions peuvent également être pénalisées plus sévèrement lorsque le marché se retourne, et personne ne peut prédire quand cela se produira. 

Si certains investisseurs sont attirés par les « actions de croissance », d’autres peuvent trouver refuge dans les « actions de valeur ». Les actions de croissance sont les titres de sociétés qui, selon les investisseurs, afficheront à l’avenir des taux de croissance des revenus et des bénéfices supérieurs à la moyenne. Leurs cours ont généralement tendance à augmenter plus rapidement et plus fortement que la moyenne au cours d’un marché haussier, car les gens s’attendent à ce que ces actions à forte croissance se comportent bien en période de prospérité économique. Toutefois, ces actions peuvent être plus volatiles que les autres lorsque le marché haussier s’essouffle. Il existe un autre adage qui s’applique souvent aux placements : « plus la montée est haute, plus la chute est pénible ». 

Les actions de valeur, quant à elles, sont des actions dont le prix est inférieur à celui de leurs homologues par rapport aux bénéfices ou à la valeur comptable. On les considère comme des placements à faible risque et à faible volatilité. D’autres investisseurs peuvent se concentrer sur les actions à dividendes qui peuvent fournir un revenu régulier tant sur les marchés haussiers que baissiers. 

Que vous déteniez des fonds communs de placement, des fonds négociés en bourse (FNB) ou des titres individuels, un portefeuille bien diversifié peut contribuer à réduire au minimum les hauts et les bas entre les marchés haussiers et baissiers. Vous pouvez examiner les 11 secteurs de la classification industrielle mondiale standard (GICS) répartis sur les marchés boursiers américains, canadiens et étrangers, ainsi que les titres à revenu fixe comme les obligations et les certificats de placement garanti (CPG) pour aider à réduire la volatilité globale de votre portefeuille. La plupart des différences de rendement entre deux portefeuilles sur une période donnée s’expliquent par la répartition des actifs. 

Foire aux questions

Combien de temps durent les marchés haussiers? 

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les marchés haussiers ont duré, en moyenne, 1 512 jours civils, soit 50 mois. Le marché haussier le plus récent, qui a pris fin en mars 2020, a duré 11 ans.

Comment les marchés haussiers prennent-ils fin? 

Les marchés haussiers prennent fin lorsque les actions chutent de 20 % ou plus et entrent en territoire baissier. Les marchés ont tendance à se retourner lorsque les investisseurs commencent à s’inquiéter davantage de l’économie. Il arrive souvent qu’une récession succède à un marché haussier, généralement après que les actions sont entrées en territoire baissier.

Qu’est-ce qu’un marché en période de hausse? 

On parle de période de hausse lorsque la valeur des actions augmente année après année sur une longue période. La demande d’actions a tendance à dépasser l’offre, ce qui fait grimper les prix de plus en plus haut. 


Vous souhaitez commencer à investir par vous-même? 

Nous offrons deux services aux investisseurs autonomes : Placements directs TD, qui comprend une foule de plateformes et d’outils avancés, et NégociTitresMC TD, une appli de négociation mobile simplifiée. 


Partagez cet article

Une question? Trouvez la réponse